EFFIT : ma transformation physique !

Afin de compléter ma présentation personnelle, je vous partage ici mon témoignage, mois par mois, sur ma transformation physique, ou plutôt tout simplement sur la reprise en main de mon corps.

Pour arriver aux résultats que j’ai obtenu, près de 15kg perdu et retour à un corps athlétique, certains diront qu’il faut avoir de beaucoup de temps, être très disponible et qu’avec le temps libre que m’a laissé ma période de reconversion professionnelle, j’avais justement tout ce temps pour ne le consacrer qu’à moi…

Peut-être… Mais bien heureusement, combien de personnes, même avec un planning très chargé, ont déjà réussi une vraie transformation ? Et à contrario, même avec davantage de temps disponibles, combien de personnes prennent le temps de prendre soin d’eux ? Ne serait que d’avoir le déclic…

D’ailleurs, me concernant, avec deux jeunes enfants à élever (entre l’éducation, le suivi des activités extra-scolaires, leur cuisiner sain…) et toutes les tâches ménagères de la maison car je voulais soulager mon épouse, c’est déjà tout un travail à temps plein !

Quand en plus, il fallait préparer ma formation de coach sportif, les coachings même de mes premiers athlètes et la gestion de mon club de Vovinam Việt Võ Đạo… Tout ceci est donc surtout une question d’organisation et de volonté.

En moyenne, j’ai perdu entre 1,5kg et 2kg par mois pendant 9 mois pour arriver au poids de forme que je m’étais fixé comme objectif, à savoir 78kg. Si ce chiffre représente mon poids de compétition lors de la 1ère Coupe du Monde de Vovinam en 2002, soit plus de 15 ans en arrière au moment où je rédige cet article, je me retrouve surtout aujourd’hui avec un corps plus athlétique que jamais, un taux de masse graisseuse aux alentour des 14% et surtout davantage « sculpté » que dans ma jeunesse au plus fort de ma période de compétiteur.

Tout cela, je l’ai réalisé au naturel, sans prendre aucun compléments alimentaires (comprimés, poudres, etc…) que ce soit pour brûler des graisses ou pour la prise de muscles. Non pas que je sois forcément contre, mais avant tout, j’ai véritablement voulu adopter une bonne hygiène de vie comprenant un entraînement régulier (bien organisé et planifié) et bien sûr accompagné d’une alimentation variée et équilibrée.

Maintenant, c’est toute cette expérience que je vous propose de découvrir ci-dessous !


  20 avril 2017    |   Poids :  92kg   |   % Graisse :  N.C.   |   % Muscle :  N.C.   |   IMC :  28,4

Training et hygiène de vie

Ce jour-là, ma balance a affiché mon poids le plus haut jamais atteint !

A cette époque, je ne m’entraînais quasiment pas. Côté Vovinam, je n’avais qu’à assurer deux cours par semaine en tant qu’enseignant pour des pratiquants débutants et donc ne nécessitant pas une forte intensité de ma part durant les entraînements. On peut même considérer mon activité sportive d’alors à « zéro ».

De plus, je traînais une douleur au genou depuis près de 2 ans qui ne me motivait du coup pas pour l’entraînement. Parfois ressenti comme une simple gêne et parfois comme une douleur plus intense, j’avais déjà consulté un chirurgien spécialiste du genou en 2016 (qui connaissait par ailleurs mon passé sportif car père de 3 enfants pratiquant tous le Vovinam à un certain niveau et donc bien au fait de notre discipline).

Allant même à l’encontre de ce que m’avait prescrit un premier chirurgien auprès duquel j’avais passé une IRM, à savoir une probable opération du ménisque, ce 2nd spécialiste excluait toute opération et m’a alors tout simplement prescrit de reprendre l’entraînement (renforcement et étirements). En effet, depuis toutes ces années où j’avais peu à peu délaissé mon entraînement, j’étais passé de sportif de haut niveau dans ma discipline à un simple pratiquant plus qu’occasionnel. Ceci aura eu pour conséquence une forte perte de masse musculaire et un raidissement accentué (sachant que de base je ne suis déjà pas globalement souple) qui aura entraîné donc cette faiblesse sur mon genou gauche.

Et dépassant nettement la barre symbolique des 90kg, ça a été le déclic et il me fallait réagir

Nutrition

Forcément pour atteindre ce niveau de surpoids, il n’y avait pas que le manque d’entraînement.

Côté alimentation, je ne faisais attention à rien et lorsque je recevais du monde à la maison, lorsque j’étais invité chez des amis ou lors de mes sorties au restaurant, je me permettais tous les écarts étant en plus de nature plutôt gourmande.

Au travail, je ne prenais souvent que 10 à 15min de pause pour déjeuner et forcément je mangeais à toute vitesse. Sachant que là encore, si en quantité ce n’était pas toujours trop important, je mangeais surtout des plats préparés industriels, achetés en hypermarché

Même si certains de ces plats affichent peu de calories, l’équilibre en termes de macronutriments (protides, glucides et lipides) n’est généralement pas vraiment respecté et ceci nous incite de toute façon à grignoter toujours entre les repas. Et c’est ce que je faisais, mais avec des produits bourrés de sucre (barres chocolatées, gâteaux et autres biscuits industriels, viennoiseries, yaourts…).

Et puis, je n’avais aucun remords à aller manger dans des fast-foods ou autres pizzerias. En gros : de la malbouffe !!!


  Fin mai 2017    |   Poids :  88,4kg (-3,6kg)  |   % Graisse :  18,5%   |   % Muscle :  38,0%   |   IMC :  27,3

Training et hygiène de vie

C’est vraiment là que tout a commencé…

Depuis le début du mois de Mai, suite à la rupture conventionnelle négociée avec la société dans laquelle je travaillais comme Directeur de Magasin depuis près de 8 ans, j’ai alors décidé d’effectuer une totale reconversion professionnelle avec pour objectif de vivre de ma passion, le sport, en devenant Coach Sportif.

J’ai ainsi repris mon training personnel sérieusement ! Objectif : retrouver un corps « fit » en 6 à 9 mois, même plus que je ne l’avais jamais été !

Désormais disponible, je pouvais me consacrer à l’entraînement : 1 à 1,5 heure par jour et parfois tous les jours de la semaine. C’était très dur, car je passais alors de quasiment aucune activité sportive à un training tout de suite très intense.

Après avoir cherché sur internet ce qui se faisait comme programme de remise en forme, j’ai opté pour l’application Results de Runtastic et ses entraînements exclusivement réalisés au poids de corps : un programme de 3 mois à raison de 5 trainings par semaine. Je n’ai jamais aimé ni même réellement pratiquer la musculation (soulever de la fonte) auparavant, et je ne me voyais pas recommencer le sport directement par cette pratique (même si je savais que j’allais devoir y passer pour mon futur diplôme de coach).

Côté arts martiaux, j’ai également repris l’entraînement avec mon Maître… Et là, forcément, je n’étais plus du tout au niveau. Si mon niveau de maîtrise aquis avec mes 24 ans de pratique me permettait d’avoir gardé une certaine précision dans mes chacun de mes gestes, je n’avais plus d’explosivité ni même réellement de force. Mes mouvements étaient lourds et mes capacités cardio-vasculaires au plus bas.

C’est là que mon choix pour le travail cardio au poids de corps et à haute intensité se révèla le plus judicieux.

Enfin, afin de suivre plus précisément l’évolution de mon corps (différents indices corporels), j’ai également acheté une balance à impédance me donnant ainsi mes pourcentages de graisse et de muscle. Car perdre du poids n’était pas tout, encore fallait-il que je perde du « gras » sans le faire au détriment de ma masse musculaire.

1er résultat : -3,6kg sur la balance en 1 mois !

Nutrition

N’étant plus au travail, c’en était fini des plats industriels ! Par contre, je continuais d’acheter beaucoup d’autres produits en hypermarché : biscuits pour les enfants (mais pas que pour eux), céréales pour le petit-déjeuner type cruesli (bourrés de sucres), yaourts, jambon et charcuterie sous vide, tous types de fromage

Bien que je savais l’importance d’une bonne nutrition depuis toujours, je n’avais pas encore entamé une véritable réflexion sur mon alimentation. Ainsi, même si je commençais à réduire en quantité, notamment sur tous les produits sucrés, je ne pouvais m’empêcher de me lâcher un peu dès que l’occasion se présentait.

En résumé, voyant déjà que par l’entraînement payait, je ne m’étais pas encore focalisé sur la bonne alimentation du sportif et je ne portais aucune attention sur les apports en macronutriments.


  Fin juin 2017    |   Poids :  86,2kg (-2,2kg)  |   % Graisse :  17,5%   |   % Muscle :  40,5%   |   IMC :  26,6

Training et hygiène de vie

Après un mois, j’ai perdu encore 2,2kg sur la balance. Si au global j’ai perdu un total de 5,8kg en 2 mois et demi (pas si mal me diriez-vous), c’est surtout que je partais d’assez loin en excédent par rapport à un poids de forme correct pour une personne de mon gabarit (1,80m) et les premiers kilos sont généralement les plus faciles perdre.

Par contre je perdais lentement ma masse graisseuse et, proportiennellement, mes muscles ne se développaient pas aussi vite que je pouvais l’espérer.

Côté training, je continuais mon programme Results et je me rapprochais de la moitié du programme. Si, les 2 premières semaines du programme furent assez tranquilles, celles du mois de juin commençaient à rentrer dans le dur et c’était très éprouvant.

En plus de ce programme d’entraînement, j’ai commencé peu à peu la musculation en vue des futurs tests de sélection pour rentrer dans les écoles de coach sportif. Mes exercices étaient néanmoins assez basiques et pas toujours complets : principalement du Développé-Couché et des Squat (pas de Full Body, entraînements sur tous les groupes musculaires pendant une séance). En combinant Result et la musculation, j’arrivais à des séances de 1h30 voire 2h00 d’entraînement.

Je me suis également remis un peu au running, mais uniquement sur de courtes distances (2 à 5kms), plutôt en échauffement, sans rechercher de performance et de façon assez irrégulière.

Nutrition

Pas de changement fondamental dans mon alimentation. La reprise de l’entraînement ayant boosté mon métabolisme, cela me suffisait à perdre du poids… du moins les vrais kilos de trop : -2,2kg perdu en Juin, soit -5,8kg en près de 2 mois et demi.


  Fin juil-2017    |   Poids :  86,7kg (+0,5kg)  |   % Graisse :  17,4%   |   % Muscle :  40,8%   |   IMC :  26,8

Training et hygiène de vie

Désormais passé en vacances d’été et donc avec mes 2 jeunes enfants avec moi à la maison en permanence, continuer l’entraînement au même rythme devenait plus difficile. Mes enfants me sollicitant sans arrêt (pour la première fois depuis 7 ans je leur étais dévoué à plein temps), je m’entraînais du coup plutôt le soir, une fois mon épouse rentrée du travail et les enfants couchés. Je commençais ainsi souvent mes entraînements à 22h00 pour donc finir à près de minuit… Pas l’idéal pour le sommeil ni la récupération et finalement assez éprouvant.

De plus, les 8 premiers jours de juillet, j’ai totalement mis en standby mon programme Results car j’ai faire des travaux de rénovation dans ma maison. Le temps de profiter de ma nouvelle terrasse et de bien m’organiser pour gérer mes enfants… j’ai repris 0,5kg !

Nutrition

Le point positif, c’est qu’avec les enfants à la maison, j’ai voulu leur offrir une meilleure alimentation. Ce fut alors mon premier « déclic nutritionnel ». Je me suis alors mis à cuisiner, privilégiant de plus en plus les légumes. J’ai ainsi commencé à m’intéresser d’un peu plus près à la nutrition et aux bienfaits des différents aliments. Mais sans pour autant rentrer dans le calcul des calories ni même prendre le soin de suivre l’équilibre des apports en macro et micronutriments.

Pour cela, j’ai arrêté d’acheter mes fruits et légumes en hypermarché, car globalement peu goûteux, pour désormais faire ces courses chez un primeur. Sans forcémment acheter du bio, j’ai commencé à acheter plus varié, réduisant les pâtes et le riz au profit de la patate douce, des lentilles, des haricots blancs, du brocoli ou encore de l’aubergine

Côté, viandes, quasimment fini les steacks surgelés et autres produits sous vide. Place maintenant au rayon boucherie de mon primeur et au traiteur avec de la charcuterie à la coupe.

Niveau qualité et goût : rien à voir. Tout ça, en dépensant en tout petit peu plus financièrement mais avec un bénéfice gustatif et nutritionnel incomparable.

Et le fait d’acheter frais nous amène à acheter plus souvent mais en moins grande quantité et ainsi à ne quasiment plus gâcher.


  Fin août 2017    |   Poids :  84,7kg (-2,0kg)  |   % Graisse :  17,0%   |   % Muscle :  41,0%   |   IMC :  26,1

Training et hygiène de vie

Si j’ai perdu 2,0kg ce mois-ci, ce fut surtout au début du mois… car arrivé au 20 août, je suis parti en vacances en famille en Suisse et en Italie. Et c’est dans ces moments là que cela devient plus compliqué. Tant au niveau de l’alimentation bien sûr, car nous sommes vite tentés, mais aussi au niveau entraînement car c’est un moment où l’on a tendance à vouloir lâcher du lest, profiter pleinement de la famille et prendre du repos.

Je savais que ça allait être dûr car j’appréhendais la dernière semaine de vacances pour laquelle mon épouse avait réservé un hôtel en bord de mer et en formule « all inclusive » ! Donc niveau nourriture, difficile de résister, surtout en Italie où la cuisine est plutôt généreuse et très tentante…

Arrivé en vacances, j’avais donc perdu 2,0kg sur les 2 premières semaines d’Août. L’objectif était au moins de me maintenir. Et comme je voulais profiter un max de ma famille, la solution aura été de m’entraîner quasiment tous les matins… mais vers 6h30 pour finir vers 8h00 et pouvoir prendre le petit-déjeuner en famille et profiter tout le reste de la journée ! Pour m’accompagner dans mon training sur la dernière semaine de vacances, j’ai pu compter sur un ami qui m’avait rejoint en vacances. J’en ai alors profité pour le coacher sur la plage au levé du soleil…

Nutrition

Vacances « all inclusive »… On a envie d’en profiter et d’en avoir pour notre argent ! Surtout que là, l’hôtel proposait dans sa formule des collations quasiment toutes les heures entre les repas et même le soir après le dîner !

Ayant déjà connu cette formule 2 ans auparavant (déjà en Italie), j’appréhendais donc plus particulièrement cette semaine de vacances… Mes résolutions furent alors : pas d’ « apperto », puis « primo » puis « secondo piato » enchaînés avec le « dolce » (entrée + premier plat + second plat + viande + dessert), limiter au maximum les féculents (pâtes, riz, pain, pizza, bruschetta…), je ne prenais qu’une entrée + un seul plat et le dessert je n’en prenais uniquement que le midi. Etant à la mer, j’en ai profité pour manger surtout toutes sortes de poisson, fruits de mer et autres crustacés, le tout accompagné de légumes variés.

Ainsi, avec un training quotidien, j’ai pu limiter la casse et ne pas prendre de poids durant ces 2 semaines de vacances.


  Sept-fin nov-17    |  Poids :  79,4kg (-5,3kg)  |  % Graisse :  14,6%  |  % Muscle :  42,3%  |  IMC :  24,5

Training et hygiène de vie

Avec 7,3kg perdus en près de 4,5 mois, c’était bien mais avec tous les efforts que je faisais (entraînement de 1,5 à 2h/jour) je pensais que cela irait quand même un peu plus vite en termes de perte de poids, mais également en gain en qualités physiques (endurance, force, vitesse, explosivité…). Beaucoup diront que c’est mieux de perdre lentement du poids mais sûrement, plutôt que d’en perdre trop vite d’un coup au risque de tout reprendre aussi vite.

Le constat fut que je ne m’entraînais pas de façon optimale, tant au niveau de la fréquence d’entraînement (prise en compte des différents temps de récupération entre chaque séances -jours de repos- et même entre chaque exercices), qu’en terme de variation d’intensité de charge ou d’intensité cardio-vasculaire.

Jusqu’à présent, je n’avais pas pris conscience de l’importance à donner à la récupération, je m’entraînais quasiment tous les jours. Et mes entraînements étaient peu variés : 5 séances par semaine de Results au poids de corps enchaînés avec des exercices de musculation avec haltères légères (3 à 5kg). Et les 2 jours restant de la semaine, c’était running léger puis séance cardio (travail au Big Bob + divers renforcements musculaires libres). Ainsi, je stagnais et je commençais à sentir une certaine lassitude

Après des recherches un peu plus approfondies, j’ai donc découvert toute l’importance des jours de repos et combien il était nécessaire de varier d’avantage les types d’entraînements et d’exercices. Je me suis d’avantage intéressé à la musculation et à ses différentes méthodes de travail (prise de masse, période de sèche, méthodes pyramidales, méthode bulgare…). Et cela tombait bien car il fallait que je commence sérieusement à préparer mes tests de sélection pour rentrer en formation de Coach Sportif (développé-couché, squat, épaulé-jeté, tractions…).

Ne voulant pas non plus prendre de masse et recherchant plutôt à développer des qualités de vitesse et d’explosivité (arts martiaux obligent), je cherchais une façon de combiner au mieux la musculation et le travail cardio-vasculaire mais explosif. C’est ainsi que j’ai commencé à vraiment mieux préparer mes entraînements et à les programmer dans le temps. Je me suis alors accordé 2 jours de repos par semaine de la façon suivante : entraînements les Dimanches/Lundis/Mardis puis repos les Mercredis, repise des trainings les Jeudis/Vendredis puis 2e jour de repos les Samedis.

De plus, j’ai commencé à faire de la musculation de façon plus sérieuse et avec des charges progressivement de plus en plus lourdes. J’ai respecté l’alternance de travail par groupe musculaire (du moins un jour le haut du corps et le jour suivant le bas du corps), mais en gardant une séance par semaine en « full body », et j’ai pris soin de travailler les muscles antagonistes pour un meilleur équilibre.

Enfin, pour « sécher » d’avantage et développer les qualités explosives, je n’excédais pas des séances de musculation de 45min pour les enchainer avec 30 à 45min de cardio/renfo et avec des phases de travail en HIIT (mis à part les séances de pur développement de force pour préparer mes examens – 1 fois par semaine).

Résultat : en 3 mois sur la période de Septembre à Novembre, j’ai perdu 5,2kg, mais j’ai surtout regagné en explosivité et endurance. Et je l’ai bien ressenti au niveau des entraînements de Vovinam que je pouvais refaire avec mon Maître, retrouvant peu à peu les sensations de mes meilleures années de compétiteurs, voire même avec une meilleure condition physique générale !

Nutrition

A partir de Septembre, j’ai commencé à suivre mon alimentation de beaucoup plus près. Je me suis ainsi intéressé à l’importance des macros et micronutriments et j’ai surtout commencé à suivre ma balance calorique quotidiennement (nombre de calorie ingérés par rapport au nombre de calories dépensés).

Pour cela, après avoir estimé mon métabolisme de base personnel, j’ai téléchargé sur mon smartphone une application pour suivre l’apport calorique de tout ce que je mangeais. Car de nature assez gourmande je vous le rappelle, je ne me rendais pas compte de tout ce que cela pouvait représenter. Pour continuer à perdre du poids, je me suis alors fixé un objectif de déficit calorique de -400kCal/jour.

C’est également à partir de ce moment que j’ai vraiment commencé à cuisiner. Limitant désormais au maximum tous les produits raffinés (produits industriels vendus dans le commerce), je favorisais au maximum les produits frais et non transformés. Privilégiant toujours les légumes, je les variais au en alternance avec des légumineux (haricots, pois, lentilles, fèves…) et je ne mangeais des pâtes et du riz qu’une fois par semaine.

Maintenant, je suis loin d’être végétarien car je consomme beaucoup d’œufs, de dinde, de poulet et de poisson, quelque fois de la viande rouge et même un peu de charcuterie (principalement de la viande de grison acheté à la coupe au rayon traiteur).

Pour y mettre davantage de goût et activer mon métabolisme, j’ai appris à cuisiner avec différentes épices (cumin, curcuma, poivre, muscade, safran…) et autres herbes (ciboulette, menthe, coriandre, persil…).

J’ai également pris l’habitude de varier mes différentes huiles pour la cuisine (olive, colza, coco…), les farines (blé, sarrasin, riz, maïs… le plus souvent complètes) et j’ai remplacé le sucre par du sirop d’agave (voire du sucre roux) pour toutes mes recettes sucrées.

Enfin, bien sûr, j’ai véritablement commencé à limiter toutes les sucreries et autres pâtisseries (hormis celles que je cuisine personnellement), les sodas et les chips… que je consomme que très occasionnellement. Mais je ne me prive pas non plus ! Ce qui me permet de tenir ce sont mes Cheat Meals, voire Cheat Days (repas ou journées triches) que je m’autorise une fois par semaine


 Déc-fin jan-18    |   Poids :  77,4kg (-2,0kg)  |   % Graisse :  13,7%   |   % Muscle :  42,8%   |   IMC :  23,9

Training et hygiène de vie

Au total, après 9 mois de reprise en main, j’ai donc perdu au total 14,6kg pour atteindre mon poids de compétition combats d’il y a 20 ans !

Si je me suis un peu lâché à Noël au niveau de la nourriture, j’ai pu limiter la casse au Nouvel An car j’étais grippé le soir du 31 décembre… Et une fois les fêtes de fin d’année passées, je suis entré en formation pour devenir Coach Sportif.

Avec désormais moins de temps pour mes entraînements personnels, je n’en manquais pas pour autant, loin de là ! Car entre les trainings à l’école (très intensifs pour certains que ce soit en cours collectifs ou haltérophilie-musculation) et les séances effectuées durant mon stage en alternance en salle de fitness (Circuit-Training, Body Pump, Cours de Renforcement Musculaire, Fit Boxing ou encore Pilates), je cumulais alors pas loin de 10 à 12 heures de sport par semaine. Et ce sans compter les 2 cours hebdomadaires de Vovinam que je continuais de donner dans mon club.

Je peux ainsi affirmer que lorsque j’ai fêté mes 40 ans, je me sentais dans la meilleure forme de ma vie. Car comparativement à mes 20-25 ans, lorsque j’étais au top de ma forme au niveau martial et en compétition, je suis devenu beaucoup plus « fit » et musclé, et ce à poids de corps identique puisque j’ai retrouvé celui de mes 20 ans !

La grande différence est que désormais je m’entraîne de façon plus réfléchie et surtout avec une hygiène de vie sans aucune comparaison possible.

Nutrition

Depuis cette période, mon épouse et mes enfants sont également en meilleure santé : ils mangent mieux bien sûr et surtout variés.

Les plats que je leur cuisine le plus souvent sont : lasagnes aux légumes, pois chiches à la méridionale, quinoa aux légumes, gratin de patates douces, flageolets aux poireaux, quiches au thon et brocoli… Mais aussi des gâteaux maison, pancakes et même des tiramisus !

J’ai donc pris pour habitude de varier au maximum les saveurs et avec de la qualité nutritionnelle dans mon assiette.


Avec 14,6kg perdu en 9 mois, j’ai surtout fait fondre ma masse graisseuse pour me stabiliser autour des 14%. Certes, ma masse musculaire en tant que telle n’a pas évoluée, mais qualitativement et visuellement par rapport à mes 20-25 ans, j’en ressors beaucoup plus « fit » et « taillé ».

De toute façon, cela dépend avant tout de la discipline sportive pratiquée par chacun et de leur propre objectif : pour ma part, en rapport avec ma pratique des arts martiaux, je ne peux pas non plus me permettre d’être trop « volumineux » au risque de devenir trop lourd, plus lent et perdre en agilité. C’est pour cela que globalement j’ai privilégié le travail en HIIT (High Intensity Interval Training), le fractionné, qui favorise davantage le développement de l’endurance musculaire, de l’explosivité et du cardio au détriment de l’hypertrophie et de la masse musculaire.

Enfin, certains diront que 9 mois c’est long alors que l’on peut voir sur internet et autres réseaux sociaux des coachs vendre des programmes de 90 jours ?!

Tout d’abord, tout dépend de l’où on part et quel est notre objectif de perte de poids que l’on se fixe. Et comme je le disais plus haut, il vaut mieux perdre lentement, reprendre une bonne hygiène de vie dans le temps, chercher à se stabiliser et que cela dure dans le temps plutôt que de se faire une « opération commando » au risque de tout reprendre aussi vite et voir plus encore !

Du coup, quel est le bon rythme pour perdre du poids ? Finalement, je dirais que le rythme que j’ai eu, entre -1,5 et -2kg par mois en moyenne, serait le bon. Éventuellement les 2 premiers mois, vous pouvez perdre jusqu’à -3kg mais pas plus. Alors imaginez -15kg en 3 mois, soit -5kg par mois, je n’ose pas imaginer la fatigue musculaire, nerveuse et mentale au bout des 3 mois. Certains y arrivent, bien sûr, mais combien rechutent ?

Me concernant personnellement, si c’était à refaire, je le referai certainement différemment, en optimisant de suite mes séances d’entraînement, en les planifiant parfaitement : avec les bons exercices, les charges et l’intensité adéquates, les bons temps de récupération et les jours de repos. Tout cela, bien entendu, avec un bon suivi alimentaire dès le départ. Tous les ingrédients d’une bonne hygiène de vie en soi !

C’est aussi pour cela que je vous partage mon parcours, afin que vous puissiez voir ce qu’il faut faire et ne pas faire pour en tirer de suite tous les bénéfices !

Enfin, grâce à cette expérience, couplée à ma formation de Coach Sportif et maintenant avec le recul et l’analyse des différentes personnes que j’ai pu entraîner jusqu’à présent, j’ai pu concevoir une méthode d’entraînement efficiente avec des séances de 30min à 1h00 selon les objectifs de chacun : EFFIT, l’entraînement qui vous révèle.

Maintenant, profitez de la vie et bon entraînement !!!

Le Triptyque d’EFFIT

PEE => Pertinence – Efficacité – Efficience

Quelques soient les Objectifs sportifs et/ou bien-être que vous vous êtes fixé(e)s, EFFIT vous propose les Moyens les plus Pertinents à mettre en place pour les atteindre et vous obtiendrez ainsi des Résultats de façon Efficace !

Surtout, le but d’EFFIT est de vous faire gagner du temps en sélectionnant les moyens qui vous sont les plus adaptés pour obtenir rapidement des résultats : l’Efficience. Celle-ci se traduira également par une hygiène de vie plus saine qui vous permettra de garder dans le temps les bénéfices alors acquis.

« Une activité sera dite d’autant plus efficiente qu’elle permettra d’atteindre à moindre coût le même niveau d’efficacité »

Jacques LEPLAT, 1989

Il s’agit ici du rapport entre les ressources investies pour réaliser la tâche et la performance obtenue. Elle peut se définir aussi par : « Être efficace au moindre coût », ce qui se rapprocherait de la maxime :

« Minimum d’effort, maximum d’efficacité »

Jigoro KANO (1860-1938), fondateur du Judo

EFFIT met ainsi à votre disposition tout un tas de conseils pour optimiser vos entraînements et découvrir (ou redécouvrir) l’importance de chaque action de votre quotidien qui pourra avoir une influence sur vos résultats : l’entraînement, la nutrition, la récupération, le bien-être, mais aussi les accessoires de mode et technologiques pour vivre au mieux selon votre mode de vie.

Avec EFFIT, découvrez l’entraînement qui vous révèle, [re]prenez votre santé en main et… profitez de la vie !